Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 

Chancellerie d'État

… au cœur de la vie publique

Institution fondamentale de la vie politique et des affaires publiques, la chancellerie d'Etat de Genève est investie de multiples missions. Garante des institutions, au service du gouvernement dans la mise en œuvre de son action et point de convergence entre les sept départements cantonaux lors de projets transversaux, la chancellerie s'attache également à donner tout son sens à la notion de service public et assume un important relais entre le citoyen et l'administration. De par sa vocation et ses activités, la chancellerie se situe au cœur de l'Etat et de la vie publique.

Cette position centrale ne date pas d'aujourd'hui, mais s'est forgée au fil de l'Histoire. À l'instar de toute institution, les origines de la chancellerie sont à chercher dans le passé. Si, à Genève, les premiers documents attestant l'existence d'un chancelier remontent au Moyen-Âge, précisément au XIIème siècle, il faut attendre le XVIème siècle pour voir la chancellerie officiellement décrite comme le secrétariat permanent de l'exécutif et du législatif. La première de ces fonctions constitue aujourd'hui encore une part importante de ses activités.

Institution dont les fondements remontent à un passé lointain, héritière d'une tradition séculaire, la chancellerie d'Etat de la République et Canton de Genève n'en est pas moins résolument ancrée dans son temps, anticipant déjà l'avenir. Qu'il s'agisse de la modernisation de l'Etat ou de la simplification des procédures administratives, la chancellerie d'Etat se veut en prise directe avec la société d'aujourd'hui. Avec un objectif constant : être toujours plus proche du citoyen.

La chancelière d'Etat

Madame Anja Wyden Guelpa, photo: M. Faustino A la tête de la chancellerie d’Etat se trouve le chancelier ou la chancelière, magistrat-e nommé-e par le Conseil d’Etat tous les cinq ans. Depuis le 7 décembre 2009, ce poste est occupé par Mme Anja Wyden Guelpa, la première femme à accéder à cette fonction à Genève, nommée pour un second mandat le 10 décembre 2013.

La fonction de chancelier remonte loin dans l’histoire, toujours inscrite au plus haut niveau de l’activité gouvernementale. Sous l’empire romain, il est huissier de l’empereur, à la tête de l’administration publique. Pendant le Haut Moyen-Âge, il devient le secrétaire principal du roi et préside son Conseil.

A Genève, la présence d’un chancelier est attestée depuis le Bas Moyen-Âge. Le magistrat est alors le principal collaborateur du prince-évêque, chargé de transcrire par écrit ses décisions et arbitrages.

Le titre de chancelier d’Etat du canton de Genève apparaît officiellement avec la Constitution de 1847. Ce texte confie la direction de la chancellerie à un magistrat extérieur au Conseil d’Etat et nommé par lui au début de chaque législature, comme c’est toujours le cas aujourd’hui. Il fait ainsi du titre de chancelier/-ère le plus ancien porté par un magistrat genevois.

Ses fonctions ont bien sûr évolué avec le temps. Aujourd’hui à la tête d’une institution composée d’une septantaine de collaboratrices et collaborateurs, la chancelière assiste en permanence le gouvernement du canton dans le cadre de son action.

Garante du bon fonctionnement des institutions, elle est aussi responsable de l’organisation du dépouillement des bulletins de vote lors des votations et des élections. C’est à la chancelière que revient la décision de recompter ou d’annuler un scrutin et c’est également elle qui en communique les résultats. Le projet genevois de vote électronique, salué dans le monde entier, est né et a été développé en chancellerie, en collaboration avec la Direction générale des systèmes d'information de l'Etat de Genève (www.ge.ch/evoting).

La chancelière préside également le collège des secrétaires généraux, qui regroupe les secrétaires générales et secrétaires généraux des sept départements de l'administration cantonale ainsi que le directeur général de l'office du personnel de l'Etat. Au niveau de ses missions, le collège des secrétaires généraux se réunit chaque semaine afin de préparer les dossiers soumis au Conseil d’Etat le lendemain.

La chancelière met en œuvre les décisions du Conseil d'Etat en matière d'organisation et de gestion transversale des départements.

Dans le cadre de la promotion de la citoyenneté, la chancelière a lancé depuis 2013 de nombreux projets d'encouragement de la participation, à destination du jeune public principalement: Institutions 3D, Cinécivic et la Semaine de la démocratie, entre autres.

Sur le plan fédéral enfin, la chancelière est membre de la Conférence suisse des chanceliers, du Conseil régional de la SRT ainsi que du Conseil d'administration de Suisse Tourisme. Elle assume également la vice-présidence de la Commission d'éthique suisse en matière de lobbying ainsi que la présidence de la Fondation du Château de Stockalper (Brigue).

Août 2017