Page d'accueil de geneve.ch

Site officiel de l'Etat de Genève

Home | Recherche | Annuaires | Départements | Conditions d’utilisation  
 

Département de l'aménagement, du logement et de l'énergie / Office du patrimoine et des sites

 

PATRIMOINE ET SITES

  Accès au menu de navigation simplifié
Inventaire des Monuments d'Art et d'Histoire Service des Monuments et des Sites Service Cantonal d'Archéologie Conservateur Cantonal des Monuments

Inventaire des monuments d'art et d'histoire du canton de Genève IMAHGE

 
* Richesse patrimoniale en Vieille Ville : l'exemple du quartier de Saint-Antoine

 

Le secteur de Saint-Antoine est exemplaire des difficultés posées par la recherche sur le centre historique de Genève, constitué de multiples strates qui se superposent sur plus de deux millénaires. Il met particulièrement en lumière la complexité du développement urbain et la richesse architecturale et historique de la substance ancienne encore conservée.


Plan de situation

Ce plan superpose plusieurs états de la ville à différents moments :

  • en fond (jaune), le plan Billon de 1726-1728 (Atlas historique de la ville de Genève);
  • en fond (brun), le plan d'Adam Du Temps de 1607, assemblé et calé avec le précédent (Atlas historique de la ville de Genève);
  • en tracé bleu, le bâti de la ville en 2005 (Direction cantonale de la mensuration officielle, SITG).

Les numéros rouges se référent à des bâtiments existants ou disparus, illustrés et décrits ci-dessous.

Le secteur de Saint-Antoine
1. Rue des Chaudronniers
Rue des Chaudronniers

L'urbanisation de ce secteur de la ville est attestée dès l'époque gauloise. Au Ier siècle après J.-C., une demeure luxueuse y est édifiée. Le quartier prend peu à peu sa forme actuelle avec le développement du "bourg de Saint-Victor", le long d'un axe appelé "Bellerue". La rue des Chaudronniers en suit encore le tracé. Au haut de celle-ci, une porte, aujourd'hui détruite, défend dès le début du XIVe siècle l'accès à la ville depuis le plateau des Tranchées. En 1688, un particulier reçoit l'autorisation de construire, devant l'arcade de la porte, une galerie sur la rue qui apparaît encore sur d'anciennes vues de Genève.



2. Vestiges des fortifications et promenade de Saint-Antoine
Vestiges des fortifications et promenade Saint-Antoine Vestiges des fortifications et promenade Saint-Antoine

Les fortifications de la ville furent démolies après 1846, à l'exception de quelques ouvrages. Les anciens systèmes de défense des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles ont déterminé le tracé de certaines rues et des boulevards créés alors.
L'extrémité septentrionale de la promenade de Saint-Antoine (figure à droite) s'élève à l'emplacement de l'ancien bastion de Saint-Antoine élevé au milieu du XVIe siècle (voir plan de situation).

La forme polygonale de son mur de soutènement et le tracé de la rue Théodore-de-Bèze résultent de l'aménagement en 1777-1778 d'une rampe permettant de relier la ville avec la tranchée dite des Casemates creusée en 1723. Cette dernière sera élargie et prolongée au XIXe siècle pour former l'actuel boulevard Jaques-Dalcroze.
Un projet, approuvé par le Conseil de Genève en juin 1778 (figure à gauche), montre la configuration de la promenade et la rampe dans un état qui ne changera plus fondamentalement jusqu'à nos jours.


3. Collège Calvin
Collège Calvin

Le long des fortifications médiévales s'installe la première grande institution publique genevoise créée après la Réforme : le Collège instauré par Jean Calvin.
Cet établissement scolaire bâti entre 1558 et 1562 et transformé au XIXe siècle conserve dans sa cour intérieure un portail monumental orné d'un magnifique décor sculpté. C'est certainement l'œuvre d'un sculpteur formé à Paris ou à Fontainebleau.



4. Palais de Justice, ancien Hôpital général

Entre 1706 et 1712, le Conseil confie à l'architecte français Jean Vennes la construction du nouvel Hôpital général de la ville.
Le bâtiment s'élève sur un terrain en forte déclivité, à l'emplacement de l'ancien couvent de Sainte-Claire, fondé en 1474 et transformé en hôpital à la Réforme. Le nouvel édifice intègre une partie des fondations de ce monastère et certains éléments de ce qui fut la chapelle des religieuses. Le site accueille depuis 1860 le Palais de Justice.

Palais de Justice, ancien Hôpital général

Les édifices communaux antérieurs au XVIIIe siècle restaient discrets. Le Collège est situé en retrait de la rue Verdaine et l'Hôtel-de-Ville s'inscrit dans le gabarit des maisons voisines. L'ancien Hôpital constitue le premier édifice qui, par la monumentalité de sa façade donnant sur la place du Bourg-de-Four, affiche clairement sa fonction publique. Son architecture en fait l'un des témoins les plus aboutis de l'influence du style classique français à Genève.


5. Hôtel de Sellon  
Hôtel de Sellon

À partir du XVIIIe siècle, de nombreux hôtels particuliers sont édifiés en bordure des fortifications de la ville (rue des Granges et rue Beauregard). Le front de Saint-Antoine, où est aménagée une promenade publique, n'échappe pas à ce mouvement. Même si plusieurs projets de planification plus ambitieux ont échoué, ce lieu se distingue par une série de maisons privées de grande qualité, comme ici l'hôtel de Sellon bâti en 1777.


haut de page haut de page