Département présidentiel
Service de la solidarité internationale (SSI)
Rue du Vieux-Marché 4, 1207 Genève
Tel: 022 388 15 40
www.ge.ch/solidarite-internationale

 

Bulletin d'information du service de la solidarité internationale

Novembre 2016


LE MOT DE LA DIRECTRICE

Chères lectrices, chers lecteurs,

En juin dernier, M. Ban Ki-moon soulignait l'importance de l'innovation en déclarant que les progrès technologiques et scientifiques seront la clé de la réalisation de tous les objectifs du développement durable (ODD) lors des quinze prochaines années. Cette prise de position du secrétaire général sortant de l'ONU souligne bien la volonté de faire de l'innovation un facteur contribuant au développement durable. Si l'encouragement à l'innovation est explicitement mentionné dans l'intitulé de l'ODD N°9, il est globalement reconnu que des projets innovants sont nécessaires pour contribuer à l'atteinte des ODD de manière transversale. Eradication de la pauvreté, amélioration de l'accès à l'eau et à l'assainissement, protection et préservation de l'environnement, ou encore soutien à l'éducation, voilà des domaines qui ont tous besoin de se nourrir de l'innovation.

L'aide humanitaire est également concernée par cette tendance. C'est d'ailleurs dans cette perspective-là que des avancées technologiques utiles pour mener des opérations humanitaires ont été présentées en marge du dernier Sommet humanitaire mondial et que plusieurs grandes organisations humanitaires ont récemment lancé le Global Humanitarian Lab, une plateforme de partenariat permettant [...] Lire la suite


Entrée libre mais inscription recommandée : si-secrétariat@etat.ge.ch


La liste des projets soutenus en 2016 par le fonds cantonal de la solidarité internationale est disponible en cliquant sur le lien suivant:

http://www.ge.ch/solidarite-internationale/les-projets/2016.asp


Déminage humanitaire : à quand la sortie du « Moyen-Age » ?

Texte rédigé par la Fondation Digger

Tunneliers, pelles mécaniques, camions à ordures ou même voitures autonomes sont autant d’exemples où l’innovation technologique a contribué à réduire la pénibilité et la dangerosité de certaines activités. Cette évolution se fait sentir à travers tous les secteurs, ou presque.

En effet, il en est tout autre dans le déminage humanitaire, où les méthodes n’ont que peu changé depuis la Seconde Guerre mondiale. L’essentiel du travail se fait encore aujourd’hui à la main, alors que les résidus explosifs de guerre polluent toujours plus de territoires. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ce domaine est-il aussi réticent à entrer dans l’ère moderne ?

Une des explications se trouve peut-être dans la doctrine militaire du déminage, d’où sont issues les méthodes humanitaires actuelles. Dans un contexte de guerre, le personnel étant déjà disponible et rémunéré, le coût de la main d’œuvre n’entre pas en question. Cependant, ce dispositif ne peut pas s’appliquer au déminage humanitaire, où les budgets, et donc les effectifs, sont limités. Même si le salaire mensuel de quelques centaines de dollars d’une démineuse ou d’un démineur peut paraître dérisoire selon des standards occidentaux, il faut recruter tant de main d’œuvre pour assurer un résultat matériel - un démineur restitue 2-10 m² par jour en moyenne - que le coût du déminage manuel se révèle finalement exorbitant. De plus, dans la [...] Lire la suite


Un traitement oral pour mettre un terme à la maladie du sommeil ?

Texte rédigé par DNDi

Quelle est la dure réalité des patients atteints de la maladie du sommeil, maladie mortelle qui touche pas moins de trente-six pays en Afrique sub-saharienne, mettant en danger 21 millions de personnes ? A ce jour, les malades passent par un parcours du combattant. Le dépistage à lui seul doit se faire en trois étapes successives, avec notamment une ponction lombaire pour diagnostiquer [...] Lire la suite


Tadjikistan : production durable et commercialisation de nouvelles technologies de chauffage et de cuisson

Texte rédigé par Caritas Suisse

Le Tadjikistan est l’un des pays au monde les plus touchés par le changement climatique. Les gens souffrent déjà d’événements extrêmes tels qu’inondations, glissements de terrain et sécheresses. Cela met leur vie en danger, dégrade l’environnement et endommage les infrastructures. Le pays le plus pauvre d’Asie centrale [...] Lire la suite


L'innovation dans les projets de Terre des hommes

Texte rédigé par Terre des hommes

Qu’il s’agisse de répondre à des besoins non couverts ou de défendre des droits bafoués, les acteurs du changement social ou de l’aide humanitaire sont en recherche constante de solutions innovantes permettant d’atteindre un plus grand impact. Sociale ou technologique, l’innovation est un processus créatif qui transforme de façon continue ou radicale nos habitudes de travail et peut rendre obsolètes les solutions ou les acteurs qui n’auront pas su s’adapter. Dans sa nouvelle stratégie 2020, Terre des hommes se définit comme une organisation innovante, désireuse non seulement de stimuler en son sein la culture d’apprentissage et d’amélioration continue, mais aussi d’anticiper et de tirer profit des futures  innovations potentiellement disruptives, portées notamment par la révolution digitale. Ces innovations pourraient transformer en profondeur nos paradigmes, nos modèles opérationnels voire nos modèles économiques, et donc le niveau d’impact sur nos populations-cibles. 

IeDA (integrated e-diagnostic approach, www.ieda-project.org) est un bon exemple de la contribution de cette révolution digitale à nos projets de développement. Ce projet mise en effet sur l’automatisation sur tablettes tactiles d’algorithmes de décision pour guider les agents de santé postés en brousse dans leurs diagnostics et leurs prescriptions médicales. Au Burkina Faso, ces nouveaux outils ont permis un véritable bond qualitatif dans la prise en charge médicale des enfants de moins de cinq ans, avec une amélioration de 50% de la justesse des diagnostics pour plus de 300'000 consultations en deux ans seulement. [...] Lire la suite


L'AGENDA DES ÉVÉNEMENTS À VENIR

 

Conférence-débat: «Lutte contre la consommation de drogues en Amérique latine: engagements genevois»

Organisée par le service de la solidarité internationale de la République et canton de Genève, en collaboration avec la Fondation Terre des hommes

Club suisse de la presse

22 novembre 2016, 18:30

 

Festival "Filmar en America Latina" (18ème édition)

Festival entièrement consacré au cinéma et à la culture latino-américaine

Du 18 au 4 décembre 2016

www.filmaramlat.ch

 

Lire la suite


Les données transmises pour l'inscription à la lettre d'information ("Newsletter") du service de la solidarité internationale (SSI) de l’État de Genève ne seront pas utilisées dans un autre but que la distribution de ladite lettre. Ces données personnelles ne seront pas transmises à des tiers autres que le fournisseur externe chargé de la distribution de la lettre d'information.

En application notamment de l’article 37 de la loi cantonale sur l’information du public, l’accès aux documents et la protection des données personnelles, du 5 octobre 2001 (LIPAD; RS/GE A 2 08), l’Etat s’engage à prendre (et à faire prendre par ses sous-traitants) toutes précautions utiles pour préserver la sécurité des données collectées, et notamment pour empêcher qu’elles soient déformées ou endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès. Les personnes figurant dans la liste de distribution de la lettre d'information du SSI peuvent en tout temps s'en retirer, accéder aux données les concernant ou les faire mettre à jour en envoyant un courriel à l'adresse nicolas.kerguen@etat.ge.ch.

L'inscription à la lettre d'information du SSI n'entraîne aucune obligation. Il est par ailleurs précisé que cette liste de distribution est hébergée auprès d'un fournisseur externe de l’État, sur une machine située en Suisse. Toutes précautions utiles, conformes aux mesures usuelles, sont toutefois prises pour assurer l’intégrité et la confidentialité des données en sa possession, en particulier pour empêcher l'accès indu à celle-ci par des tiers.

Le but de la lettre d'information est uniquement informatif et ne saurait engager l'administration. S’agissant du droit d’auteur, les conditions générales d’utilisation du site Internet officiel de l’Etat de Genève s’appliquent.