Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 
Ge.ch > Statistique > Les 21 domaines > 01. Population > Etat de la population

Statistiques cantonales

Les 21 domaines : 01. Population

Etat de la population

Méthodologie

Historique et champ
Situation de janvier 1989 à décembre 2013 : ancienne statistique
Entre janvier 1989 et mai 2014, la statistique a été produite à partir d'une exploitation entièrement automatisée du registre des habitants tenu par l'Office cantonal de la population et des migrations (OCPM). L'effectif de la population résidante selon divers caractères (sexe, âge, nationalité, type de permis, commune, etc.) et les mouvements de population (naissances, décès, migrations, etc.) ont pu ainsi être diffusés dans des délais très brefs.

En 2002, l'OCSTAT a procédé à un examen de la cohérence méthodologique, de l'exhaustivité et de la qualité de cette statistique dans le prolongement des travaux relatifs au recensement fédéral de la population 2000 (RFP 2000) et dans la perspective des changements entraînés par l'entrée en vigueur des accords bilatéraux entre la Suisse et l'Union européenne.

Il en est résulté une révision de la statistique dont le point principal est le suivant : la statistique inclut désormais toutes les personnes relevant du domaine de l'asile, soit les requérants d'asile au sens strict (permis N) et les personnes au bénéfice d'une admission provisoire (permis F). Auparavant, les permis N n'étaient pas pris en compte, pour des raisons notamment d'ordre technique. Les effectifs de la population (depuis décembre 2001) et le mouvement démographique de 2002 ont été recalculés sur la base de cette révision.

Dans l'idée d'approcher la notion de domicile économique, les Confédérés qui avaient conservé leur domicile légal dans leur canton d'origine mais qui habitaient à Genève la plus grande partie de leur temps étaient pris en compte. En revanche, les Genevois et les Confédérés qui avaient leurs papiers déposés dans le canton mais qui séjournaient ailleurs en Suisse (travail, études) n'étaient pas pris en considération.

Situation depuis 31 décembre 2013 : statistique révisée
La loi fédérale sur l'harmonisation des registres des habitants et d'autres registres officiels de personnes (loi sur l'harmonisation des registres, LHR) est entrée en vigueur le 1er janvier 2008. Cette loi fixe les identificateurs et les caractères qui doivent figurer dans ces registres et définit les exigences que ceux-ci doivent remplir.

Dans le sillage de la mise en œuvre de la LHR, la statistique cantonale de la population a été révisée. Si la statistique demeure fondée sur le registre des habitants que tient l'OCPM, elle est dorénavant établie à partir du fichier que l’OCPM constitue pour les besoins de la statistique fédérale de la population, ce qui assure une bonne cohérence avec celle-ci.

La statistique révisée est disponible depuis le 31 décembre 2013 et les résultats sont diffusés sur une base trimestrielle, avec un délai de 7 à 8 semaines après la fin du trimestre.

Statistique cantonale de la population depuis fin décembre 2013
Population résidante prise en compte
La définition de la population prise en compte est plus large qu'auparavant : sont dénombrées toutes les personnes ayant leur domicile dans le canton, qu’il s’agisse de leur domicile principal ou de leur domicile secondaire, qu’elles aient, pour les personnes étrangères, une autorisation de séjour de longue durée ou de courte durée. Les personnes relevant du domaine de l’asile sont aussi prises en compte.

Définitions
Domicile principal
Il s'agit du domicile où une personne réside, de façon reconnaissable pour des tiers, avec l'intention d'y vivre durablement et d'y avoir le centre de ses intérêts personnels. Pour une personne de nationalité suisse, la commune du domicile principal correspond à la commune d'établissement, soit celle où elle a déposé ses papiers (son acte d'origine). Pour une personne de nationalité étrangère, la commune du domicile principal correspond à la commune pour laquelle l'autorisation de séjour (permis B) ou d'établissement (permis C) a été accordée, par exemple. Une personne ne peut avoir qu'un seul domicile principal.

Domicile secondaire
Il s'agit du domicile où une personne réside dans un but particulier sans intention de s’y établir durablement, pour une durée d’au moins trois mois consécutifs ou répartis sur une même année. Il peut s'agir d'un lieu dans lequel une personne séjourne pour y fréquenter une école (étudiant qui a gardé son domicile principal chez ses parents, dans son canton d’origine, et qui étudie à Genève, par exemple) ou pour y exercer une activité professionnelle (Confédéré qui travaille à Genève mais qui a conservé ses attaches et son domicile principal dans son canton d’origine, par exemple). Il peut s'agir encore d'un lieu où une personne placée, par exemple, dans un hospice, un hôpital ou une maison de détention. Une personne peut avoir plusieurs domiciles secondaires. Une attestation de domicile ou des documents officiels établis par la commune du domicile principal (commune d'établissement) doivent être déposés dans ce lieu de séjour. Les résidences secondaires destinées aux vacances et aux loisirs qui sont occupées pendant moins de trois mois ne sont pas comprises ici. Domicile secondaire ne correspond donc pas à résidence secondaire : une personne ayant simplement dans le canton une résidence secondaire n’est pas prise en compte.

Les chiffres révisés de la population résidante du canton publiés à partir de la fin décembre 2013, comprennent :
Population résidante permanente au domicile principal
  • Population suisse,
  • personnes de nationalité étrangère avec un permis d'une durée de validité d'au moins une année (livret B ou C),
  • personnes de nationalité étrangère avec une autorisation de séjour de courte durée (livret L) d'une durée minimale de douze mois,
  • personnes en cours de procédure d’asile (livret F ou N) résidant en Suisse depuis une année au moins,
  • diplomates, fonctionnaires d’organisations internationales, et membres de leur famille.
Population résidante non permanente au domicile principal
  • Personnes étrangères titulaires d'une autorisation de séjour d'une durée inférieure à douze mois,
  • personnes en cours de procédure d’asile (livret F ou N) résidant en Suisse depuis moins d'une année.
Population résidante au domicile secondaire
  • Personnes qui ont leur domicile principal dans un autre canton suisse mais qui travaillent ou étudient à Genève pour une durée d’au moins trois mois consécutifs ou répartis sur une même année,
  • personnes qui ont leur domicile principal à l'étranger mais qui travaillent ou étudient à Genève pour une durée d’au moins trois mois consécutifs ou répartis sur une même année (par exemple, frontaliers titulaires d'un permis G, qui travaillent à Genève en y disposant d'un pied-à-terre et qui retournent au moins une fois par semaine à leur domicile principal).

Principales différences entre la statistique cantonale de la population révisée et l'ancienne
  • Toutes les personnes qui ont un domicile légal dans le canton (principal ou secondaire) sont incluses dans la statistique révisée. Dans l'ancienne statistique, les Genevois et les Confédérés qui avaient leurs papiers déposés dans le canton mais qui séjournaient ailleurs en Suisse (travail, études) n'étaient pas pris en compte.
  • La mise en œuvre de la LHR a intensifié la synchronisation entre les différents registres de personnes existant en Suisse. L’OCPM a collaboré avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), qui tient le registre des diplomates, fonctionnaires internationaux, et membres de leur famille, pour améliorer la qualité des données sur cette population. Il en est résulté un apurement du registre des habitants. La population à fin 2013 selon la statistique révisée est ainsi inférieure de près de 1 800 personnes à celle de l’ancienne statistique.
  • Alors que l'ancienne statistique était disponible chaque mois, la statistique révisée est trimestrielle, suivant en cela la fréquence adoptée par la statistique fédérale. Ce rythme est suffisant pour suivre les phénomènes démographiques.
  • Par rapport à l'ancienne statistique, la statistique révisée gagne en qualité : les événements (naissances, décès, arrivées, départs) sont en principe comptabilisés à la date de leur survenance et non plus à celle de leur enregistrement. En effet, la réception par l'OCSTAT des données environ un mois après la fin du trimestre sous revue permet de tenir compte des événements qui se sont produits au cours de ce trimestre mais qui ont été déclarés à l'OCPM avec un décalage temporel (délai d'annonce de l'événement notamment). En contrepartie, les délais de production des résultats de la statistique révisée sont allongés.

Ecart avec les résultats de la statistique fédérale de la population
Dans le cadre de la mise en œuvre de la LHR, l'Office fédéral de la statistique (OFS) produit également une statistique de la population résidante, STATPOP, depuis 2010.

Contrairement à la statistique cantonale de la population révisée de l'OCSTAT, qui ne repose que sur le registre des habitants du canton de Genève tenu par l'OCPM, celle de l'OFS est produite à partir de différentes sources. Aux données des registres des habitants des cantons et communes sont ajoutées celles provenant des registres de personnes de la Confédération. Pour en savoir plus sur STATPOP.

L'OCSTAT diffuse les résultats de la statistique cantonale de la population avec une définition de la population au sens large, alors que l'OFS publie les résultats uniquement pour la population résidante permanente et celle non permanente au domicile principal. La définition retenue par l'OCSTAT est plus extensive que celle appliquée à l’échelon national, qui doit tenir compte de conventions internationales. La définition adoptée par l'OCSTAT est bien adaptée aux centres urbains, qui accueillent une population diversifiée et connaissent des mouvements migratoires importants.

Statistique cantonale de la population de janvier 1989 à décembre 2013
Population résidante prise en compte

La population résidante comprend les Suisses et tous les ressortissants étrangers titulaires d'une autorisation de séjour officielle, qui habitent effectivement dans le canton. Ainsi, les Confédérés qui ont conservé leur domicile principal dans leur canton d'origine mais qui habitent à Genève la plus grande partie de leur temps sont pris en compte. Quant à la population résidante étrangère, elle inclut les titulaires d'un permis d'établissement ou d'un permis de séjour (y compris les réfugiés reconnus comme tels), les titulaires d'un permis de courte durée, les saisonniers (jusqu'en 2002, date d'abolition de ce statut), les personnes admises à titre provisoire, les requérants d'asile, les fonctionnaires des organisations internationales et les employés des représentations diplomatiques étrangères ou d'entreprises publiques étrangères ainsi que leur famille et leur personnel vivant en Suisse. Précisons que la population ainsi définie ne comprend pas les personnes sans papiers.

Au total, les chiffres de la population résidante du canton publiés ici groupent :

  • Les Suisses (Genevois et Confédérés) résidant à Genève.
  • Les étrangers résidents de longue durée : personnes titulaires d'un permis de séjour (permis B), personnes établies (permis C), personnes titulaires d'un permis de séjour de courte durée (permis L) d'une durée égale ou supérieure à 12 mois, et éventuelles autres personnes assimilables à ces catégories.
  • Les étrangers titulaires d'un permis saisonnier, jusqu'en 2002. Le statut de saisonnier a été aboli à l'entrée en vigueur des accords bilatéraux au 1er juin 2002; les titulaires de tels permis ont reçu en remplacement une autorisation de courte durée.
  • Les étrangers résidents de courte durée : personnes titulaires d'un permis L d'une durée inférieure à 12 mois. A partir du 1er janvier 2008, l'OCP n'enregistre plus dans sa base de données des habitants les permis d'une durée égale ou inférieure à 4 mois; en revanche, ces permis figurent dans le Système d'information central sur la migration (SYMIC) que gère la Confédération.
  • Les internationaux, principalement des fonctionnaires ou employés d'organisations internationales gouvernementales et de missions diplomatiques (personnes exemptes de permis), ainsi que les membres de leur famille, y compris ceux qui exercent une activité économique (permis CI), et leur personnel de maison (ensemble des personnes titulaires d'une carte de légitimation ou d'une attestation de fonction ou d'emploi, y compris à court terme, délivrée par la Mission suisse auprès des organisations internationales ; ce statut s'étend aux membres de la famille du titulaire qui n'exercent pas d'activité professionnelle).
  • Les personnes relevant du domaine de l'asile, c'est-à-dire les étrangers ne pouvant ni être refoulés ni obtenir d'autorisation de séjour, bénéficiant d'une admission provisoire (permis F), et, depuis décembre 2001, les étrangers qui ont demandé l'asile en Suisse et qui attendent que les autorités statuent sur leur cas (permis N).
Système de recensement fédéral dès 2010 : relevé structurel (RS)
Objet de l'enquête
Le relevé structurel (RS) est une enquête annuelle par échantillonnage, introduite pour la première fois en 2010 par l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans le cadre du recensement de la population modernisé. Plus de 20 000 résidants sont ainsi interrogés chaque année dans le canton de Genève. Le RS complète les données recueillies par la statistique de la population basée sur les registres dans le système du recensement de la population. Il fournit des informations sur les thèmes suivants : population, ménages, famille, logement, travail, mobilité, formation, langues et religions.

Comme pour toute enquête par échantillonnage, les résultats du RS sont des estimations qui contiennent une marge d’erreur. Des intervalles de confiance (au niveau de confiance de 95 %) sont calculés afin de rendre compte de la précision de ces estimations.

Pour accroître la taille de l’échantillon et donc disposer de résultats plus détaillés, certains tableaux agrègent les résultats de trois enquêtes annuelles. Les résultats correspondent ainsi à une moyenne sur trois ans. Afin de garantir une bonne précision des résultats, les chiffres ne sont fournis que pour les communes et secteurs statistiques dont la taille de l’échantillon est suffisamment grand.

Champ de l'enquête
La population cible du RS est la population résidante permanente âgée de 15 ans ou plus et appartenant à un ménage privé. Les fonctionnaires internationaux, les diplomates et les membres de leur famille ne font pas partie du champ de l’enquête. Les personnes vivant dans des ménages dits collectifs, tels les homes, les internats, les hôpitaux, les établissements pour personnes âgées, les prisons, les hôtels, les logements de chantier, les centres de requérants d'asile, ne sont pas couvertes par le RS. De même, les sans-abri, les gens du voyage ou toute autre personne sans domicile déterminé ne sont pas incluses dans l’enquête.

La population considérée pour le canton de Genève comprend les personnes ayant leur résidence principale à Genève, ainsi que les personnes ayant une résidence principale hors du canton de Genève, mais dont l’adresse habituelle de départ pour se rendre au lieu de travail ou au lieu de formation se situe dans le canton.

Questionnaire
Téléchargez le questionnaire.

Pour en savoir plus sur le nouveau système de recensement http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/02.html

Le statut migratoire
En respect des recommandations de l’ONU, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a établi une typologie de la population selon le statut migratoire pour la Suisse (voir cette typologie sur le site de l’OFS). Celle-ci se base sur la nationalité, le lieu de naissance de l’individu et celui de ses deux parents. Cette population hétérogène, née dans le pays ou établie depuis plus ou moins longtemps, n’a pas les mêmes besoins en matière d’intégration.

La population issue de la migration considérée ici comprend les personnes étrangères de première et deuxième génération d’arrivée, les Suisses naturalisés de première et deuxième génération d’arrivée (c’est-à-dire nés eux-mêmes à l’étranger ou bien nés en Suisse et dont les deux parents sont nés à l’étranger) et les Suisses de naissance dont les deux parents sont nés à l’étranger.

La population non issue de la migration comprend les Suisses de naissance dont au moins un des deux parents est né en Suisse ainsi que les personnes naturalisées nées en Suisse et dont les deux parents sont nés en Suisse.

Recensements fédéraux de la population
Relevé des données

De 1850 à 2000, le recensement fédéral de la population (RFP) a été conduit par l’Office fédéral de la statistique (OFS), en collaboration avec les cantons et les communes. Il s'agissait alors d'un relevé structurel, effectué tous les dix ans, portant sur toutes les personnes domiciliées en Suisse, ainsi que sur tous les logements et bâtiments servant d’habitation. Le 16e et dernier recensement sous cette forme a eu lieu le 5 décembre 2000.

Dès 2010, dans un souci de rationnalisation, le recensement fédéral de la population, réalisé et exploité par l'OFS, prend un rythme annuel et une nouvelle forme. Le premier jour de référence du nouveau recensement de la population est le 31 décembre 2010. Le recensement est basé sur des registres, à partir desquels les données administratives disponibles sont extraites :

  • registres des habitants des cantons et des communes,
  • registres fédéraux de personnes,
  • registre fédéral des bâtiments et des logements.

Les informations statistiques nécessaires qui ne figurent pas dans un registre sont ensuite collectées à l’aide de trois types d’enquêtes par échantillonnage :

  • le relevé structurel réalisé chaque année auprès de 200 000 personnes; cantons et villes peuvent densifier l’échantillon pour leur territoire;
  • les enquêtes thématiques menées auprès de 10’000 à 40 000 personnes (cinq thèmes traités en alternance à raison d’un thème par an);
  • les enquêtes Omnibus réalisées auprès de 3 000 personnes sur des thèmes d’actualité.

Pour en savoir plus :
Le nouveau recensement de la population.
Le nouveau recensement de la population. Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, version du 19.12.2011 (6 pages)
Questionnaire individuel relatif au relevé structurel du recensement fédéral de la population

Les résultats des recensements de la population sont présentés dans les différents domaines du site Statistique Genève :
Les agglomérations en Suisse
Définitions

En Suisse, selon l'Office fédéral de la statistique, une agglomération remplit les conditions suivantes :

  1. c'est un ensemble d'au minimum 20'000 habitants, formé par la réunion des territoires de communes adjacentes.
  2. toute agglomération possède une zone centrale qui est formée d'une commune-noyau et, suivant le cas, d'autres communes qui remplissent les conditions suivantes : elles doivent compter 2'000 emplois ou plus et le quotient du nombre des personnes travaillant sur leur territoire par celui des personnes actives occupées y résidant doit être supérieur ou égal à 0,85. En outre, ces communes doivent, soit former une zone bâtie continue avec la commune-noyau ou avoir une frontière commune avec elle, soit y envoyer travailler au minimum un sixième de leur population active occupée.
  3. une commune n'appartenant pas à la zone centrale sera rattachée à l'agglomération si, au minimum, un sixième de sa population active occupée résidante travaille dans la zone centrale définie précédemment et si, au minimum, trois des cinq conditions figurant ci-dessous sont remplies :
    • il doit exister un lien de continuité de la zone bâtie entre une telle commune et la commune-noyau de l'agglomération. En d'autres termes, il ne doit pas y avoir de zone non bâtie (terres agricoles ou forêts) dépassant deux cents mètres;
    • la densité combinée habitants/emplois par hectare de surface d'habitat et d'agriculture (sans les alpages) doit être supérieure à 10;
    • la population doit s'être accrue de plus de dix points de pour cent par rapport à la moyenne nationale au cours des dix dernières années (le critère n'est valable que pour les communes qui ne font pas encore partie d'une agglomération ; pour les autres, il sera considéré comme acquis indépendamment du taux atteint);
    • au minimum, un tiers de la population active occupée résidante doit travailler dans la zone centrale. Pour les communes jouxtant deux agglomérations, cette condition sera également remplie si 40% au moins de leur population active occupée résidante travaille dans les deux zones centrales, dont au minimum un sixième dans l'une et l'autre;
    • la proportion de personnes résidantes travaillant dans le secteur primaire ne doit pas dépasser le double de la moyenne nationale.
Liste des communes appartenant à l'agglomération genevoise
En 2000, sur la base des résultats du recensement fédéral de la population, l'agglomération genevoise comprend 131 communes, dont 57 communes françaises.

Communes genevoises (42 en tout) :
Aire-la-Ville, Anières, Avusy, Bardonnex, Bellevue, Bernex, Carouge, Cartigny, Céligny, Chancy, Chêne-Bougeries, Chêne-Bourg, Choulex, Collex-Bossy, Collonge-Bellerive, Cologny, Confignon, Corsier, Genève, Genthod, Le Grand-Saconnex, Gy, Hermance, Jussy, Laconnex, Lancy, Meinier, Meyrin, Onex, Perly-Certoux, Plan-les-Ouates, Pregny-Chambesy, Presinge, Puplinge, Satigny, Soral, Thônex, Troinex, Vandoeuvres, Vernier, Versoix, Veyrier.
Seules trois communes n'appartiennent pas à l'agglomération genevoise : Avully, Dardagny et Russin.

Communes vaudoises (32 en tout) :
Arnex-sur-Nyon, Arzier, Bassins, Bogis-Bossey, Borex, Chavannes-de-Bogis, Chavannes-des-Bois, Chéserex, Coinsins, Commugny, Coppet, Crans-près-Céligny, Crassier, Duillier, Dully, Eysins, Founex, Genolier, Gingins, Givrins, Gland, Grens, Mies, Nyon, Prangins, La Rippe, Saint-Cergue, Signy-Avenex, Tannay, Trélex, Le Vaud, Vich.
A l'exception de Begnins, toutes les communes du district de Nyon appartiennent à l'agglomération genevoise, ainsi que Dully (district de Rolle).

Communes françaises de l'Ain (17 en tout) :
Cessy, Chevry, Crozet, Divonne-les-Bains, Echenevex, Ferney-Voltaire, Gex, Grilly, Ornex, Prévessin-Moëns, Saint-Genis-Pouilly, Saint-Jean-de-Gonville, Sauverny, Segny, Sergy, Thoiry, Versonnex.

Communes françaises de la Haute-Savoie (40 en tout) :
Ambilly, Andilly, Annemasse, Archamps, Arthaz-Pont-Notre-Dame, Ballaison, Beaumont, Bonneville, Bons-en-Chablais, Bossey, Chens-sur-Léman, Collonges-sous-Salève, Cranves-Sales, Douvaine, Etrembières, Feigères, Fillinges, Gaillard, Jonzier-Epagny, Juvigny, Loisin, Lucinges, Machilly, Marcellaz, Messery, Monnetier-Mornex, Nangy, Neydens, Pers-Jussy, Presilly, Reignier, Saint-Blaise, Saint-Cergues, Saint-Julien-en-Genevois, Valleiry, Veigy-Foncenex, Vers, Vetraz-Monthoux, Ville-la-Grand, Viry.