Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 

Statistiques cantonales

Les 21 domaines : 06. Entreprises, emploi et commerce extérieur

Commerce extérieur

Méthodologie

Statistique du commerce extérieur de la Suisse
Informations de base
La statistique du commerce extérieur de la Suisse est établie par l'Administration fédérale des douanes (AFD). Ses résultats sont disponibles sur papier, sur CD-ROM et via Internet (SWISS-Impex).

Les informations de méthode détaillées figurent dans les publications de l'AFD ainsi que sur son site Internet : http://www.ezv.admin.ch/themen/04096/index.html?lang=fr.

Quelques informations de base sont présentées ci-après.

La statistique est fondée sur les déclarations en douane. Elle recense les importations et les exportations de marchandises en provenance ou à destination de l'étranger. Les marchandises en simple transit ne sont donc pas prises en compte. Les importations et les exportations ne sont enregistrées que si la valeur excède 1 000 francs ou la masse 1 000 kilos.

La valeur correspond au prix facturé augmenté des frais de transport, d'assurances et autres frais jusqu'à la frontière suisse, alors que les rabais et les escomptes en sont déduits. A l'importation, les droits de douanes, impôts et autres redevances perçues en vertu de la législation suisse ne sont pas inclus dans la valeur; à l'exportation, ils sont ajoutés à la valeur dans la mesure où ils ne sont pas remboursables. Les valeurs sont exprimées en francs courants.

La nomenclature de base pour les marchandises est celle du tarif des douanes. Pour répondre à la demande, il est possible, sur la base des positions tarifaires, de structurer les données selon d'autres nomenclatures. Dans les publications de l'OCSTAT, les importations et les exportations sont ventilées selon des nomenclatures dérivées : emploi des marchandises et nature des marchandises.

Les importations et les exportations sont régionalisées sur la base du numéro postal d'acheminement (NPA) du destinataire ou de l'expéditeur. Le commerce extérieur des cantons est défini par rapport à l'étranger. Les flux de marchandises entre les cantons ne sont donc pas pris en considération.


Révision de la statistique du commerce extérieur à partir de 2002
Depuis mai 2006, les chiffres du commerce extérieur comprennent également le trafic de perfectionnement à façon et les marchandises en retour. Le commerce d'électricité est en outre inclus dans les chiffres suisses (l'information ne peut pas être relevée au niveau cantonal). Les données ont ainsi été révisées pour les années 2002 à 2005. Ce changement de définition constituant une rupture de série, les données avant révision sont présentées dans un tableau distinct.

Révision de la statistique du commerce extérieur à partir de 2012
Depuis 2014, la statistique du commerce extérieur intègre le commerce de l'or non monétaire sous formes brutes (en barres), de l'argent sous formes brutes (en barres) ainsi que des monnaies. Les chiffres ont été révisés rétroactivement jusqu'en 2012, constituant ainsi une rupture de série. Les résultats pour l'ensemble des marchandises sont affectés. La série «sans or en barres, monnaies, métaux précieux, pierres gemmes, objets d'art et antiquités» reste cependant inchangée.

Importations genevoises
Est comptée comme importation genevoise toute marchandise en provenance d'un pays étranger à destination du canton de Genève si le destinataire (personne ou entreprise) est établi dans le canton.

Suivant les recommandations des Nations Unies et en vertu de l'accord bilatéral entre la Suisse et l'Union européenne relatif à la coopération dans le domaine statistique, selon lequel la Suisse s'engage à harmoniser ses normes en matière de statistique du commerce extérieur, la notion de « pays de production » est remplacée par celle de « pays d'origine » à compter du 1er janvier 2012. Avant ce changement, avec l'ancienne notion, fondée sur le « pays de production », les informations relatives à la provenance géographique allaient au-delà de la simple notion de « pays d'origine ». Par exemple, lorsqu'une marchandise originaire de Chine était dédouanée (taxée) en Allemagne, c'est ce dernier pays qui était considéré comme « pays de production »; la notion de « pays d'origine » permet donc de mieux appréhender le flux de production et l'origine effective des marchandises. Cependant, ce changement conceptuel ne permet plus d'utiliser, sans autre, l'année précédente comme base de comparaison. Il rend délicate l'interprétation des résultats des importations par pays pour toute l'année 2012, tant du point de vue des niveaux que des taux de variation. Une répercussion s'observe aussi sur la part à l'importation de chaque pays ainsi que sur la balance commerciale (exportations moins importations) avec le pays concerné.

Exportations genevoises
Est considérée comme exportation genevoise toute marchandise exportée vers un pays étranger par une personne, un fabricant ou une société de commerce sis dans le canton.

Solde de la balance commerciale
Le solde de la balance commerciale n'a aucun sens à l'échelon régional; il n'est par conséquent ni calculé ni publié.

Interprétation des chiffres
Le numéro postal figurant dans l'adresse du destinataire (importation) ou de l'expéditeur (exportation) sert de base à l'établissement d'une statistique par canton.

L'interprétation des résultats de la statistique du commerce extérieur par région nécessite quelques précautions car le lieu de destination ou d'expédition ne correspond pas nécessairement au lieu effectif de vente ou de production. Autrement dit, les résultats peuvent potentiellement refléter des changements dans les processus logistiques.

A Genève, le commerce de l'or en barres, des monnaies, des métaux précieux, des pierres gemmes, des objets d'art et des antiquités porte sur des sommes considérables, sans pour autant générer une activité importante sur le plan de l'emploi. Dans le cadre de l'analyse conjoncturelle, il est par conséquent judicieux de s'en tenir au total des marchandises sans l'or en barres, les monnaies, métaux précieux, pierres gemmes, objets d'art et antiquités.