Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 
Ge.ch > Statistique > Les 21 domaines > 12. Monnaie, banques, assurances > Monnaie, banques, assurances

Statistiques cantonales

Les 21 domaines : 12. Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances

Méthodologie

Introduction
Source
L’ensemble des données présentées ici – ainsi que les explications qui les accompagnent – ont été produites par la Banque nationale suisse (BNS) et publiées dans le "Bulletin mensuel de statistiques économiques" ou dans "Les banques suisses" (édition annuelle).

Marchés financiers
Indices du cours du franc suisse
L’indice nominal du cours du franc suisse, pondéré par les exportations, permet de mesurer la valeur externe du franc suisse par rapport aux monnaies des principaux partenaires économiques de la Suisse. Une hausse de cet indice signifie une appréciation du franc (en termes d’unités monétaires étrangères, le franc renchérit) ; une baisse indique par contre une dépréciation du franc (le franc devient meilleur marché). L’indice réel du franc suisse – indice nominal corrigé de l’évolution des prix dans le pays et à l’étranger – mesure la valeur externe réelle du franc ; il est souvent utilisé comme indicateur de la compétitivité d’une économie en termes de prix.

En raison de l’élargissement de l’UE aux pays de l’Est et de l’importance croissante des économies émergentes, l’indice se base depuis 2009 sur 40 pays, contre 24 auparavant. Plus de 90 % des exportations suisses de biens sont destinées aux 40 pays pris en compte dans le nouvel indice. Ce nouvel indice n’est disponible que depuis 1999.

Statistique bancaire
Introduction
La Banque nationale suisse réalise, chaque année, une enquête auprès de toutes les banques implantées en Suisse. Tous les établissements qui ont reçu l'autorisation de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA; jusqu'à fin 2008, Commission fédérale des banques) et qui exercent réellement une activité bancaire sont tenus d'y participer.

Catégories d'établissements
La répartition des établissements par catégorie tient compte des activités dominantes (prêts hypothécaires, gestion de fortune, etc.), d’aspects institutionnels, du rayon d’activité et de la somme du bilan. La BNS distingue les 8 catégories suivantes :

  1. Banques cantonales,
  2. Grandes banques,
  3. Banques régionales et caisses d’épargne,
  4. Banques Raiffeisen,
  5. Autres banques,
  6. Sociétés financières (depuis le 1er janvier 1995, cette catégorie n’existe plus en Suisse),
  7. Succursales de banques étrangères,
  8. Banquiers privés.)
Les établissements à statut particulier (dont la BNS), n’apparaissent pas dans cette statistique.

Comptoirs bancaires
On entend par comptoirs les sièges, filiales et succursales. Les succursales englobent tous les comptoirs juridiquement dépendants, donc également les agences et les représentations au sens de la loi fédérale sur les banques et les caisses d’épargne, mais aussi les bureaux de recettes, caisses de dépôts, etc. Les filiales sont des banques juridiquement indépendantes.

Les chiffres publiés dans le tableau T 12.4.01 portent sur les comptoirs dans le canton de Genève, à l’exclusion des représentations. Les représentations sont des comptoirs qui ne sont pas habilités à passer leurs propres opérations ni à négocier la conclusion d’affaires pour leur propre compte. De 1984 à 2004, les bureaux de recettes et les comptoirs juridiquement dépendants ayant moins d’un collaborateur à plein temps étaient considérés comme des représentations.