Ecusson de la République et du canton de Genève


REPUBLIQUE
ET CANTON
DE GENEVE

Changer la couleur des liensDiminuer la taille du texteAugmenter la taille du texteImprimer la page
ge.ch  
 
Ge.ch > Voir Genève > Le Mur des Réformateurs, un regard en arrière

Voir GenÈve

LE MUR DES RÉFORMATEURS,
UN REGARD EN ARRIÈRE

photo du Monument de la Réformation.

Dans le parc des Bastions, le Monument de la Réformation rappelle aux visiteurs que Genève fut au XVIe siècle surnommée la "Rome protestante". Sur le mur, les statues représentent Guillaume Farel, Jean Calvin, Théodore de Bèze et John Knox (de gauche à droite).

D'abord simple avant-poste militaire aux confins du monde romain, GENAVA s'impose rapidement comme le centre de la Gaule narbonnaise jusqu'à la première moitié du Ve siècle. Durant le Moyen Age, Genève doit à son implantation géographique une fréquentation internationale avant la lettre. Les marchands de toute l'Europe y affluent et véhiculent déjà cet esprit d'ouverture qui caractérise toujours la Cité aujourd'hui. Mais, sans doute, Genève doit-elle à Jean Calvin la réputation d'innovation et de courage des ses habitants. Haut lieu de la Réforme, elle se dresse contre la toute-puissance de la Rome papale et les écrits de Calvin essaiment dans toute l'Europe. Au XVIIe siècle, elle accueille les protestants et développe son commerce avec le monde. Le Siècle des Lumières voit affluer vers ses paysages charmants nombre de grands esprits et d'artistes, quand ils n'y naissent pas comme Jean-Jacques Rousseau. Annexée à la France en 1789, Genève devient le chef-lieu du département du Léman, mais retrouve son indépendance en 1814 et entre dans la Confédération helvétique. Le XIXe verra la naissance de la vocation humanitaire de Genève et l'éclosion de sa renommée internationale qui culmine, après la Première Guerre mondiale, avec l'installation du siège de la Société des Nations au bord du lac.